Assurance « à un bord » vs « à deux bords » (au Québec)

Claudia Fortin

En tant que joueuse de hockey des Stingers de Concordia, Claudia était l’une des meilleures défenseures de la ligue. Aujourd’hui, la native de la ville de Québec domine maintenant dans le domaine de l’assurance commerciale en tant que membre de l’équipe de KBD.

Parlons d’assurance auto.

Il existe deux types d’assurance auto, communément appelés l’assurance « à un bord » et l’assurance « à deux bords. »

Ce qui les différencie : le genre d’accidents couverts.

L’assurance « à un bord » : les accidents non responsables seulement.

Un conducteur ayant une assurance « à un bord » n’est couvert que pour les accidents pour lesquels il n’est pas responsable.

Si ce conducteur traverse deux voies sur l’autoroute, causant ainsi un carambolage, pas de chance.

Si ce conducteur se fait voler sa voiture, c’est foutu (les bris de vitre ne seraient pas couverts).

Mais si ce conducteur se fait emboutir par une personne qui textait au volant, sa compagnie d’assurance pourrait couvrir les dommages causés à sa voiture.

L’assurance « à deux bords » : tous types d’accidents.

Si ce même conducteur avait une assurance « à deux bords », il serait couvert pour tous les exemples d’accidents mentionnés plus haut.

Pourquoi ?

Parce qu’au Québec, l’assurance « à deux bords » est une couverture complète.

Elle inclut trois choses :

1) Les accidents non responsables

2) Les accidents responsables

3) Le feu, le vol, le vandalisme et les bris de glace.

Il existe aussi un troisième type d’assurance auto dont nous, les professionnels de l’industrie, parlons : l’assurance « à un bord et demi ».

Avec une assurance « à un bord et demi », vous seriez couvert pour les points 1 et 3, mais pas pour les accidents responsables.

Vous avez peut-être quelques questions au sujet de ces deux (ou trois) types de couvertures d’assurance auto.

Ça tombe bien — nous avons les réponses !

Ayant tout ça en tête, nous devrions probablement prendre un peu de recul — bip, bip, bip, — et nous assurer de bien comprendre comment fonctionne l’assurance auto au Québec.

Dans notre belle province, nous avons un système d’assurance hybride.

Les dommages au véhicule sont pris en charge par des compagnies d’assurance privées, comme Intact, Desjardins, Sonnet ou bien d’autres encore.

Les blessures corporelles, quant à elles, tombent sous l’ombrelle d’une société du gouvernement du Québec, la SAAQ.

Nous n’irons pas plus loin sur le sujet aujourd’hui — si vous désirez en savoir plus, nous vous invitons à lire notre article L’assurance auto au Québec expliquée.

Ce qu’il est important pour vous de savoir pour l’instant, c’est qu’en plus de ce système hybride, nous avons aussi recours à un système découlant de la Convention d’indemnisation directe (CID).

La CID entre en jeu lorsque deux voitures immatriculées au Québec ou plus sont dans un accident. Elle stipule que vous êtes toujours responsable de réparer les dommages causés à votre véhicule, mais jamais de réparer ceux causés à un autre véhicule.

Dans notre système, c’est chacun pour soi.

Qu’est-ce que l’assurance « à un bord » ?

La couverture d’assurance « à un bord » vous couvre seulement pour les accidents dont vous n’êtes pas responsables.

C’est aussi simple que ça.

Testons vos connaissances.

Scénario : vous conduisez en direction d’une intersection à quatre voies, bien tranquillement, et sans vous en rendre compte, vous commencez à rêvasser et à être de moins en moins concentré.

Vous passez tout droit à la lumière rouge et entrez en collision avec un conducteur innocent qui avançait simplement à la lumière verte.

Les dommages au véhicule sont importants.

Le conducteur sort de sa voiture, furieux que vous n’ayez pas arrêté à la lumière, et vous crie que vous allez devoir payer pour les réparations de sa voiture.

Q) Devez-vous payer pour les réparations de la voiture de la victime ?

R) Non !

Au Québec, chaque conducteur est responsable de payer pour les réparations de son propre véhicule.

La victime devra faire une réclamation à sa propre compagnie d’assurance.

Mais, en regardant votre propre voiture, vous réalisez que celle-ci est dans un bien piètre état.

Que se passe-t-il alors ?

Vous êtes dans le pétrin.

Souvenez-vous, vous avez une assurance « à un bord » qui vous couvre seulement si vous n’êtes pas responsable de l’accident.

Dans ce scénario, vous êtes indéniablement responsable.

Cela signifie que votre compagnie d’assurance ne vous donnera pas un sou et que vous devrez payer les réparations de votre propre poche.

C’est l’inconvénient principal de l’assurance « à un bord ».

Mais il y a aussi un avantage…

L’assurance à un bord est-elle vraiment moins chère ?

J’ai vu des cas où l’assurance « à un bord » coûtait trois à quatre fois moins cher que l’assurance « à deux bords ».

Mais comme pour la plupart du temps, cela dépend de bien des facteurs.

Les compagnies d’assurance déterminent le prix de votre assurance en fonction de données démographiques — elles prennent en compte votre âge, votre genre, l’endroit où vous vivez et plus encore.

Les jeunes hommes ont souvent plus de difficultés à trouver une assurance auto abordable puisqu’ils sont statistiquement plus à risque d’avoir des accidents.

Ainsi, pour ces derniers en particulier, l’assurance « à un bord » peut être un bon moyen d’économiser.

Si vous conduisez un vieux bazou, l’assurance « à un bord » peut être une bonne option puisque, dans l’éventualité d’un accident important, vous ne répareriez probablement pas la voiture de toute façon.

Ce qui coûte le plus cher dans toute police d’assurance auto au Québec, c’est la couverture pour collision.

Si vous savez d’emblée que vous n’y aurez pas recours — même si vous avez un accident, vous ne réparerez pas la voiture —, vous pouvez retirer cette couverture de votre police et économiser.

Quand devrais-je changer pour une assurance « à un bord » ?

Comme nous venons de le mentionner, si vous conduisez une vieille voiture qui a beaucoup de vécu, économisez et procurez-vous une assurance « à un bord ».

Mais, un jour, vous voudrez peut-être passer à une couverture « à deux bords ».

Donc, quand devriez-vous faire le changement ?

soumission assurance auto

La vraie question : si vous avez un accident dont vous êtes responsable, ou si votre voiture se fait voler, avez-vous les moyens de la remplacer ?

C’est une question que je pose souvent à mes clients.

Si la réponse est non et que vous n’avez pas l’argent en poche pour remplacer votre voiture en ce moment, vous devriez prendre une couverture complète.

En d’autres mots, il vaut la peine de prendre une assurance « à deux bords », afin d’être protégé à toute éventualité.

Si, au contraire, vous avez l’argent pour vous acheter une nouvelle voiture, vous pourriez économiser en vous en tenant à une couverture « à un bord ».

Oui, c’est ironique en quelque sorte.

Plus vous avez d’argent, moins vous devriez la dépenser sur de l’assurance.

Et vice versa.

Attention : si votre voiture est financée ou louée, le concessionnaire exigera que vous ayez une couverture « à deux bords ».

N’essayez pas de le faire changer d’avis, c’est inutile.

Procurez-vous une assurance « à deux bords ».

Quelle est la différence entre l’assurance « à un bord » et l’assurance « à deux bords » ?

Résumons le tout :

Assurance auto « à un bord »

  • Couverture pour les accidents non responsables seulement
    • Connue sous le nom de « responsabilité civile »

Assurance « à un bord et demi »

  • Couverture pour les accidents non responsables
    • Feu, vol, vandalisme et bris de glace (connue sous le nom de « sans collision ni versement »)

Assurance « à deux bords »

  • Non-responsable
    • Feu, vol, vandalisme et bris de glace
    • Accidents responsables (connue sous le nom de « collision ou versement »)

Certains pensent que l’assurance « à deux bords » inclut aussi l’assurance coût de remplacement, mais ils ont tort.

Cette assurance peut être contractée séparément pour protéger votre véhicule de la dépréciation.

Le coût de remplacement est un produit d’assurance qui vous permet d’éviter de perdre de l’argent sur une voiture qui perd tranquillement de sa valeur.

La règle générale de l’assurance auto est de rembourser à l’assuré l’équivalent de la valeur estimée de sa voiture sur le marché en date de l’accident.

L’assurance coût de remplacement paie la différence entre le montant de la valeur estimée et le coût d’achat réel d’une nouvelle voiture.

Pour conclure

L’assurance « à un bord » vous couvre seulement pour les accidents dont vous n’êtes pas responsable.

L’assurance « à deux bords » vous couvre pour tous types d’accidents.

C’est tout ce que vous devez savoir.

L’assurance « à un bord » est certainement moins chère, ce qui en fait un bon choix pour économiser si vous considérez qu’en cas d’accident, votre voiture ne vaut pas la peine d’être réparée.

Autrement, vous devriez choisir la couverture « à deux bords ».

C’est tout.