L’assurance habitation couvre-t-elle les infiltrations d’eau par le toit ?

Claudia Fortin

En tant que joueuse de hockey des Stingers de Concordia, Claudia était l’une des meilleures défenseures de la ligue. Aujourd’hui, la native de la ville de Québec domine maintenant dans le domaine de l’assurance commerciale en tant que membre de l’équipe de KBD.

Techniquement, l’assurance habitation standard ne couvre pas les infiltrations d’eau pas le toit — mais c’est tout comme.

Lorsque vous allez chez McDonald’s, prenez-vous des frites ?

Bien sûr que oui.

La couverture eau au-dessus du sol est la frite des polices d’assurance habitation.

Pour savoir si cette couverture est incluse sur votre police, vérifiez si l’avenant surligné dans la capture d’écran ci-dessous se trouve dans votre contrat.

La couverture eau au-dessus du sol est la frite des polices d’assurance habitation.

La couverture eau au-dessus du sol est un avenant qui vous protège dans l’éventualité où votre toit fuit, et bien qu’elle ne soit pas automatiquement incluse dans les polices d’assurance habitation au Québec, nous l’offrons toujours à nos nouveaux clients, comme à ceux qui nous sont fidèles.

C’est pratiquement une question rhétorique.

Mais voici quelques questions qui ne le sont pas et auxquelles nous répondrons dans l’article d’aujourd’hui.

Mais d’abord, un chausson avec ça ?

Sans blague, avant de répondre à ces questions, vous devriez en savoir plus au sujet de l’assurance de remplacement de toit.

Premièrement, cette couverture ne s’applique que si la fuite du toit est SOUDAINE et ACCIDENTELLE.

La capture d’écran ci-dessous montre exactement ce qui est couvert :

L’écoulement lent et régulier d’un tuyau n’est malheureusement pas couvert par votre assurance.

Et si vous inondez volontairement votre toit, eh bien, nous sommes sans mots.

L’usure n’est elle non plus pas couverte par votre assurance parce qu’elle est normale et prévisible.

Par exemple, si votre toit est ancestral et que vous avez une fuite, l’expert en sinistre rejettera probablement votre réclamation.

En règle générale, les propriétaires devraient remplacer leur toit une fois tous les 20 ans.

D’ailleurs, voici une astuce de pro : si vos bardeaux se mettent à se retrousser (comme des frites en spirale 🤤), il est grand temps de remplacer votre toit ! 

Intact Assurance a plus d’un tour dans son sac quand il s’agit de se protéger contre les réclamations de clients qui n’entretiennent pas leur toiture.

Lorsque l’entreprise émet une couverture eau au-dessus du sol, elle fixe la franchise à 5 000 $.

Un conseil gratuit : si votre toit coule, la réparation ne vous coûtera pas 5 000 $.

Bref, vous ne ferez jamais de réclamation pour votre toit.

En fixant une franchise plus élevée que le coût de remplacement du toit, c’est comme si Intact annulait votre couverture, sans vraiment le faire.

Bon, maintenant que vous en savez un peu plus, passons aux questions.

Quels sont les types de dommages au toit couverts par l’assurance habitation ?

Votre toiture est une extension de votre maison — dans tous les sens du terme.

Ainsi, tout ce qui est couvert par votre police d’assurance habitation couvre aussi votre toit.

Voici les risques les plus communs :

  • Dégâts d’eau (si l’avenant a été ajouté)
  • Feu, fumée, ou explosion
  • Éclair
  • Grêle ou vent

Le dernier étant le seul s’appliquant seulement au toit et non à l’intérieur de la maison. 

La réclamation la plus commune due au vent ou à la grêle est lorsque des bardeaux sont emportés par les intempéries, ou troués par cette dernière.

Cette couverture s’étend également aux structures détachées de votre propriété, telles qu’un cabanon ou un garage séparé.

De manière générale, si vous êtes couvert pour des dommages à l’intérieur de votre maison, vous pouvez présumer que votre toit est couvert aussi.

Combien de temps une réclamation d’assurance habitation reste-t-elle au dossier ?

D’ordinaire, une réclamation reste au dossier pendant cinq ans.

Dans de rares occasions, cela peut aller jusqu’à 10 ans.

Mais, si vous vous y connaissez un peu, vous pouvez contourner cette situation.

Il existe une certaine faille dans l’industrie de l’assurance habitation. Au Québec, il n’y a pas de fichier central, ou de base de données.

Dans le cas de l’assurance auto, toutes les compagnies d’assurance ont accès à votre dossier de conduite par l’entremise de votre numéro de permis de conduire.

Vos réclamations vous suivent, peu importe qui vous assure.

Or, ce n’est pas le cas avec l’assurance habitation.

Croyez-le ou non, les compagnies d’assurance habitation fonctionnent avec sur un système de parole.

Cette situation fait en sorte qu’il est possible pour les clients de mentir.

Nous vous recommandons fortement de ne pas mentir.

Mais ça arrive plus souvent que vous ne pourriez le croire.

Et voici ce qui pourrait arriver.

Vous pourriez, par exemple, faire une réclamation pour une infiltration d’eau dans le toit et, à l’échéance de votre police, décider de changer d’assureur.

En magasinant une nouvelle police, vous pourriez omettre de déclarer que vous avez récemment fait une réclamation pour votre toiture, afin d’obtenir un meilleur prix.

Et cela fonctionnerait.

Mais, si vous faisiez une autre grosse réclamation — par exemple, si votre maison était ravagée par les flammes, la situation pourrait se compliquer.

Pour les réclamations de cette taille, les compagnies d’assurance sont plus diligentes et elles étudient généralement la situation plus en profondeur.

Elles veulent s’assurer qu’il n’y ait pas anguille sous roche.

Dans leur processus de recherche, elles entreront en contact avec votre compagnie d’assurance précédente, afin de confirmer que tel que vous l’aviez affirmé, vous n’avez pas de réclamation récente à votre dossier.

Oh oh.

Si elles découvrent que vous avec menti… elles accepteront probablement tout de même votre réclamation.

Mais elles vous verseront biiiienn moins qu’en d’autres circonstances.

La morale de l’histoire ?

Vous pouvez probablement vous en tirer en mentant.

Mais vous pourriez aussi vous tirer dans le pied.

Notre conseil : dites la vérité.

Devrais-je faire une réclamation d’assurance pour mon toit ?

Si votre budget vous permet de payer vous-même les réparations, ne faites pas de réclamation.

Les réclamations restent à votre dossier pour 5 ans, voire même 10 ans dans certains cas.

Et à votre renouvellement, le prix de votre police augmentera.

En plus, vous devez toujours payer votre franchise avant que l’assurance ne paye le reste.

Il faut donc que ça en vaille vraiment la peine.

L’assurance habitation n’est pas un forfait d’entretien.

Faites des réclamations avec modération et de manière sélective.

De combien mon assurance augmentera-t-elle si je fais une réclamation ?

La réponse varie, mais en général, le prix de votre police augmentera de 20 % à 50 %.

Plusieurs facteurs influencent le taux d’augmentation, tel que le cycle du marché d’assurance.

La compagnie a-t-elle eu une bonne année précédente, ou a-t-elle eu de la difficulté ?

Votre réclamation était-elle de taille importante ?

Où avez-vous fait votre réclamation ?

Bien d’autres éléments sont aussi en causes.

Au risque de nous répéter : ne faites des réclamations que lorsqu’absolument nécessaire.

Pour conclure

Semblablement à un trio chez McDonald’s, la couverture eau au-dessus du sol pour les dégâts d’eau ne fait pas automatiquement partie de votre police d’assurance habitation au Québec — mais c’est tout comme.

Rappelez-vous que les dommages au toit doivent être soudains et accidentels, et non dus à l’usure.

Faites changer votre toiture tous les 20 ans et éviter de vous y prendre trop tard.

Si vous avez des questions, appelez votre courtier (ou KBD) !

Ne faites une réclamation pour remplacer votre toit que lorsqu’absolument nécessaire.

Et surtout, prenez toujours des frites.